dimanche 11 juin 2017

L'ENIGME DU PEINTRE ASSASSINE - MARIS, Yannis

Athènes 1953. Le financier Kostas Floras est accusé de l'assassinat du peintre Nassos Karnézis, trouvé mort dans un appartement de Kolonaki, le quartier chic du centre d'Athènes. Dimitris, fils du premier mariage de Kostas Floras, est persuadé de l'innocence de son père. Avec deux amis, un journaliste et un député, il se met à la recherche du meurtrier. Les premiers soupçons tombent sur Myrto, la fille d'un commandant de bateau livré aux Allemands pendant l'occupation par le peintre, dont on découvre le sombre passé. La maîtresse de Karnézis est trouvée morte à son tour. Dimitris, puis Myrto sont en danger. Heureusement, le commissaire Békas mène l'enquête.

Cela faisait longtemps que je n'avais plus participé à l'opération "Masse critique" proposé par le site


Me revoilà et j'ai été sélectionnée pour chroniquer le livre de Yannis Maris, L'énigme du peintre assassiné. Un polar des années 50, republié aujourd'hui. Grand merci à Babelio et aux éditions BELLESétrangères pour cette découverte.

Un peintre, Karnézis, est sauvagement assassiné. Évidemment, le premier coupable est son ami de longue date, Floras, qui venait de découvrir que sa femme était la maitresse du peintre. Affaire classée... Par pour tout le monde. Le fils de Floras, Dimitris, ne croit pas en la culpabilité de son père et décide de trouver le vrai coupable.

Comme vous le savez, je n'aime pas dire du mal d'un livre que l'on m'offre. Mais bon, je dois dire que celui ci ne m'a pas séduite. Beaucoup trop de longueurs, le récit oscille entre l'enquête, qui n'en ai pas vraiment une, et l'histoire amoureuse débutante de Dimitris et Myrto. On se perd dans les méandres d’Athènes et, parfois, on a du mal a retrouvé le fil. Heureusement, dans le dernier tiers, Békas, le policier, apparait et redonne un peu de vitalité à ce récit et permet de partir réellement dans la quête du tueur.
Aucun personnage ne sort du lot. Très peu de description, on saute de l'un à l'autre sans trop comprendre qui ils sont réellement et pourquoi ils se retrouvent mêler à cette affaire. Ils sont censés mener l'enquête tous les trois, mais chacun vaque tranquillement à ses occupations et fait cavalier seul. Dimitris pense plus à l'élue de son cœur qu'à son père. Le député est tellement effacé qu'on se trouve tout surpris que ce soit lui qui est l'illumination finale.
Il est vrai, quand même un côté positif, que je me suis laissée surprendre par le final. Je n'avais pas tilté et pourtant j'ai déjà lu des énigmes de ce genre.
Allez, il est toujours intéressant de rééditer des auteurs "anciens" perdus au fond des cartons et qui sont voués à disparaître. A lire rien que pour cela.