lundi 29 mai 2017

LA MAISON JAUNE - MARTORELL, Vincent

Un soir de tempête, deux silhouettes franchissent la frontière franco-espagnole et trouvent refuge à Barras, petit village du Sud-ouest de la France. Nous sommes en 1936 et la guerre civile fait rage en Espagne. Antonio et sa femme Louisa, enceinte, décide de fuir leur pays natal afin de voir grandir leur enfant dans la paix. Barras est réputé pour accueillir les exilés, mais le village est aussi connu pour abriter une maison close, dont la notoriété dépasse largement les frontières de la commune. À la mort de ses parents alors qu'il n'est qu'un bébé, le petit Pablo se voit confié à Madame Raymonde, propriétaire de l'établissement qui l'a vu naître. Cet enfant du sérail grandira dès lors aux côtés de femmes dont les m?urs seront quotidiennement remis en question, mais dont la bonté du c?ur dépasse de loin la renommée des lieux. Dans ce quatrième roman, Vincent Martorell nous propose un univers de sensualité, de personnages hauts en couleurs où le romanesque prend le pas sur l'Histoire. La Maison jaune est une histoire de vies destinées inévitablement à faire un bout de chemin ensemble.

Ce livre m'a été aimablement offert par la maison d'édition
Ebook, téléchargement, éditions
A découvrir et à partager

en échange d'une critique et je les en remercie. Après un petit tour sur leur site, je pense que c'est une édition à découvrir et à partager. Il y a un choix diversifié pour un prix raisonnable.
Ce qui m'a attiré en premier lieu c'est la couverture que je trouve très sympathique et tape à l'œil. Le décor est posé. La maison jaune c'est la maison close du village de Barras. Mais Barras, ce n'est pas que cela. C'est un lieu d'accueil et d'entraide pour les réfugiés qui fuient l'Espagne. Antonio veut offrir autre chose que la guerre à sa jeune épouse et son enfant à naître. Ils franchissent la frontière et arrive dans ce village qui leur offre, le gite, le couvert, le soutien et le travail. Mais voilà Antonio ne peut rester indifférent à ce qui se passe dans son pays. Après avoir mis sa famille à l'abri, il repart là-bas pour reconquérir un monde qui n'existe plus. Fait prisonnier, il est exécuté. Malgré la naissance de Pablo, Louisa ne peut survivre à son époux. D'où une question cruciale pour les barrésiens : que fait-on de Pablo, ce pauvre petit bonhomme âgé de quelques semaines ? Sa mère ayant trouvé du travail dans la maison jaune, et lui y ayant poussé ses premiers cris, c'est tout naturellement que Pablo se voit confier aux bons soins de Madame Raymonde et de ses "filles".


Comment rester indifférent face à ses femmes qui vendent leur corps pour vivre mais qui ont un cœur énorme et qui toutes ensembles donnent le meilleur à Pablo. Pablo qui résistent aux moqueries quant à son lieu de naissance, Pablo qui est doué pour le dessin, Pablo qui rêve de liberté et d'autre chose qu'une maison close. Beaucoup de sensualité et de pudeur se dégagent de ces portraits de femmes. Et puis il y a les autres, les habitants du village qui sont aussi vrais que nature. Les guéguerres entre voisins, les querelles qui durent depuis des générations et se transmettent d'enfants à enfants. Le maire qui gère sa commune comme un général, un instituteur qui n’est pas le dernier à faire des cachoteries, le boucher, l’épicier et bien sur le curé. Tous ces personnages donnent vie à ce village qui se retrouve coupé en deux car il faut sauvé la maison jaune.
Tout y est et c'est un vrai plaisir de lecture, de douceur, de savoir vivre. Bref une très bonne découverte littéraire qu'il aurait été dommage de zapper.

NOIR COMME LA MER - HIGGINS CLARK, Mary



croisière, meurtre, Mary Higgins Clark,
Télécharger
La croisière promettait d’être sublime. Mais peu après avoir levé l’ancre, le luxueux Queen Charlotte est le théâtre d’un mystérieux assassinat : lady Em, une riche octogénaire, a été tuée. Et son inestimable collier d’émeraudes, censé avoir appartenu à Cléopâtre, a disparu...
Le coupable est à bord, sans aucun doute. Mais qui est-ce ? Son assistante apparemment dévouée ? Le jeune avocat qui voulait persuader lady Em de rendre le collier à l’Égypte, son propriétaire légitime ? Ou Celia Kilbride, l’'experte en pierres précieuses qui s’était liée avec la vieille dame ?
La liste des suspects s’allonge au fur et à mesure que le Queen Charlotte fend les flots et que la croisière tourne au drame.

Préparez-vous à embarquer avec une Mary Higgins Clark toujours aussi surprenante dans le rôle du commandant de bord pour une croisière dont vous ne reviendrez… peut-être pas.
Allez, Mesdames et Messieurs, embarquement immédiat pour le Queen Charlotte, réplique miniature du Titanic. Et comme pour le Titanic, c'est la croisière inaugurale : que du beau monde invité à se délasser à bord de ce paquebot de croisière de luxe. Et, évidemment, comme pour le Titanic, rien ne va plus. Mais ici, pas d'iceberg, non juste un meurtre : Lady Em, richissime propriétaire d'un collier ayant appartenu à Cléopâtre et qui déclenche toutes les convoitises.
Présenté comme cela, ça fait envie. Mais comme la dernière fois, je reste sur une sensation d'inachevée. L'enquête passe au second plan : la pauvre Lady ne meure qu'après le milieu du livre. Beaucoup de blablas, beaucoup de descriptions, on tourne et retourne autour du pot. On partage les tracasseries personnelles, professionnelles des principaux personnages mais cela n'apporte pas grand chose.
Je dirais qu'une fois que le meurtre a eu lieu, on retrouve le style de la grande Mary Higgins Clark. Tout s’enclenche, le rythme s'accélère, le mystère s’épaissit et le meurtrier, comme d'habitude n'est démasqué qu'à la toute dernière page.
C'est un plaisir de retrouver notre couple Alvira et Willy, toujours aussi amoureux et toujours à se mêler de ce qui ne les regarde pas.

AU ROYAUME DES FEMMES - FRAIN, Irène

Joseph Francis Rock, escroc de génie, botaniste, photographe, journaliste, a sauvé des plantes, des livres, une écriture et toute une culture de l'anéantissement. « Il y a quelque chose de perdu par-delà les montagnes. Perdu et qui t’attend. Tu dois partir ! »
Botaniste et linguiste de génie, Joseph Francis Rock connaissait sans doute cette injonction de Kipling lorsqu’en 1925, sur la seule foi du récit d’un voyageur-espion et de vieux textes impériaux, il se lança à la recherche d’une montagne plus haute que l’Everest et de l’étrange tribu matriarcale qui, selon la rumeur, occupait encore ses vallées et formait l’ultime vestige du peuple des Amazones.
Depuis sa Vienne natale, ce séducteur tortueux, opportuniste mais tourmenté par une incurable soif d’amour, avait déjà bien roulé sa bosse. Entré comme assistant de botanique à l’université d’Hawaï sans rien connaître aux plantes mais faux diplôme en main, il avait réussi, grâce à son authentique talent scientifique, à s’infiltrer à Harvard puis à la célèbre revue National Geographic. Il est parvenu à les embobiner pour qu’ils financent sa long et coûteux voyage vers le mystérieux « Royaume des femmes »...
C’est dans cette fabuleuse expédition que nous entraîne Irène Frain, vallées vertigineuses, princes décadents, moines visionnaires, missionnaires intolérants, lamaseries en transes, bibliothécaires cauteleux, collectionneurs de pivoines rares, royaumes figés dans le froid et un temps immuable. Enfin des femmes, occidentales, chinoises ou tibétaines, toutes plus fascinées par l’arrivée du beau Viennois…

Entre 1923 et 1926, fidèlement accompagné de ses douze Na-khis, membres d’une ethnie quasi-disparue, il ne renonce à aucune de ses excentricités, même à 4500 mètres d’altitude et par les pires blizzards : baignoire gonflable, pommes de l’Oregon en conserve, bouteilles de grands crus et gramophone pour écouter Don Giovanni…
Et quand, au seuil de la montagne, il découvre la vraie nature de la « Reine des Femmes » — et par la même occasion la face de son propre secret — il continue infatigablement à observer, noter, photographier et transmettre en Occident manuscrits en voie de disparition et fleurs uniques, les faisant ainsi échapper aux ravages des guerres qui s’annoncent. Rock devient ainsi « l’homme qui sauva les livres et les plantes », héros d’un roman vrai qu’Irène Frain ressuscite sur le Toit du Monde, dans un récit dont le souffle rappelle Le Nabab et Devi, au cœur d’une réalité si inventive qu’elle ne cesse de surpasser la fiction. 

Tibet, Frain, Rock, explorateur, fleur, National Geographic
Joseph Francis Rock


J'ai connu Irène Frain en meilleure forme. Il m'a fallu trois essais pour vraiment arriver à lire ce pavé de 636 pages et c'est avec soulagement que je l'ai enfin terminé. Ouf...
Joseph Francis Rock est décrit comme un homme excentrique, ingérable, usurpateur, menteur piquant de monumentales colères. Ici, nous trouvons un être d'une platitude désespérante et la seule chose que l'on retient de son excentricité c'est qu'il prend, tous les jours, des bains dans sa baignoire gonflable et qu'il pique une grosse colère car il a perdu ses rustines. Il y avait tellement de choses à raconter sur ce personnage hors norme qui a quand même sauvé des écrits Na-khis, qui fut l'un des premiers blancs à se lancer dans la découverte du Toit du Monde et du pays Golok. 
Bon, d'accord, Irène Frain ne nous fait pas la biographie de cet explorateur, elle nous fait le récit, plus ou moins romancé, de son voyage au Tibet, pendant l'invasion chinoise, afin de découvrir LA MONTAGNE, plus haute que l’Everest et surtout la Reine du Royaume des femmes. Sauf que, rien ne va se passé comme prévu et empêtré dans ses mensonges, Joseph Francis Rock devra reconnaitre que sa montagne... n'est pas le plus haut sommet du monde et que le Royaume des femmes reste une légende. Mais quand même. Ce récit manque de vie surtout face à ce truculent personnage. Il doit faire face à des conditions climatiques extrêmes, se retrouve au beau milieu du conflit sino-tibétain et doit négocier avec le terrible et sanguinaire Ma, il doit subir de longues attentes dans des monastères coupés de tout, il ère des jours durant au milieu de paysages époustouflants et se retrouve face à une végétation diversifiée et flamboyante. Non vraiment, il manque vraiment un grain de folie à ce récit.
Malgré tout, on sent de sa part un grand travail de recherche ce qui rend cet ouvrage vraiment instructif et c'est ce qui nous pousse à tourner les pages. Il faut aussi mettre au crédit de l'auteure sa description tout à fait époustouflante des paysages, flore et hommes. Je me suis même demandée à plusieurs reprises si elle n'avait pas été sur place. A travers ses descriptions on entend le vent passé dans le désert d'herbes, on entend les cascades tombées des montagnes lors de la fonte des neiges. On entend les tambours lors de la fête au temple de la famille Ho, on ressent le tic tac incessant des milliers d'horloges qui remplissent la Pièce des Heures où est reçu Rock par le Bouddha Vivant...
A lire pour la découverte du Tibet. 

L'Amnyé Machen : LA MONTAGNE de Rock


vendredi 19 mai 2017

LE DEMON DE KENSINGTON - JACQ, Christian

Démon Kensington, Jacq, policier historique
Télécharger
Alors qu'une tempête plonge Londres dans la tourmente et que les clochers sonnent les douze coups de minuit, un corps brûle au sommet d'une église de Kensington.
Et pas n'importe quelle église : celle des coptes, les chrétiens d'Égypte, qui sont en pleine négociation avec les anglicans pour tenter d'implanter leur religion en Angleterre.
Face à ce cadavre supplicié, qui se révèle être celui d'un haut dignitaire égyptien, la question demeure : qui a commis le crime ?
Grâce à sa connaissance des rites et de la magie coptes, l'ex-inspecteur-chef Higgins va tout faire pour identifier le démon de Kensington... 

Voici le vingt quatrième tome de la série "Les enquêtes de l'inspecteur Higgins" ; série créée par Christian Jacq qui nous a plus habitué à des récits historiques sur l’Égypte. Vous dire que j'ai lu tous les tomes serait vous mentir. Ce n'est que le deuxième opus que je lis. 
L'inspecteur Higgins est pour moi une lecture plaisir. Pas de sang à gogo, un inspecteur qui se sert de sa tête plutôt que de ses muscles, des personnages tout à fait ordinaire, une enquête gentillette mais qui réserve des surprises. Bref, c'est dans la lignée de Mary Higgins Clark, Agatha Christie, le juge Ti ou du dernier né Agatha Raisin. Ça se lit vite et ça détend, bref, cela fait du bien.
L'ex inspecteur chef Higgins retrouve son acolyte, le superintendant Marlow pour un crime plus que odieux. Quelqu'un a suspendu l'Apa Shenouda au pignon extérieur de l'église copte de Londres et l'a transformé en torche vivante. Qui a pu faire une chose horrible alors que l'église copte était en négociation avec l'église anglicane pour être reconnu comme culte officiel. Nous voici plongé en pleine "guerre" de religion. Mais est ce vraiment cela les dessous de l'affaire...
Nous partons à la rencontre des coptes, de ses us et coutumes et surtout de sa magie noire. Mais nous découvrons aussi les travers de chaque protagoniste qui sont tous coupables... mais de quoi.
L'ex inspecteur chef Higgins et ses petits carnets noirs fait des miracles tout comme, en son temps, Hercule Poirot et ses petites cellules grises. C'est une lecture rapide, sympathique, rafraîchissante et agréable.

jeudi 18 mai 2017

LA CHATONAUTE - LÉAUTÉ, Pierre

Chatonaute nouvelle espace
Télécharger

Nouvelle amusante et spatialement déjantée

Le récit de La chatonaute s'’intègre dans le roman Guerre aux grands ! de Pierre Léauté, chapitres 20 et 23, publié le 9 mars 2016.


La chatonaute est une nouvelle dédiée à Félicette et à tous les animaux que la barbarie a sacrifiés au nom du progrès humain.
Une demie heure de lecture complètement décalée mais tellement réaliste. Combien d'animaux ont été envoyés dans l'espace ? Nous avons retenu Laïka, pauvre petite chienne, mais nous avons littéralement oubliés les précédents et les suivants. 
Ici nous retrouvons Félicette. Petite chatte qui vit tranquillement sa vie de chat de gouttière parisienne et qui se retrouve kidnappée, jetée dans une cage puis dans un camion fermé avec d'autres chats de tout poils. Où vont ils ? Dans un laboratoire ? Que nenni... les voilà partis pour une lointaine base spatiale française. Car la France ne veut pas restée à la traine : elle doit envoyée sa fusée dans l'espace. Alors... quoi de mieux qu'un chat pour servir de cobaye. Avec ses compagnons, elle subit tout une série de tests, d'entrainements. Après la fuite d'Hector, espion russe, et oui cela existe aussi chez les chats, c'est Félicette qui est sélectionnée pour ce vol spatial. La voilà embarquée dans la fusée Vernon et envoyée dans l'infini. Après nombres secousses et frayeurs, Félicette atterrie au milieu de la Seine à Paris... dix ans plus tôt, au beau milieu de la deuxième guerre mondiale.
Vous comprendrez que cela est complètement déjantée, mais pas que... Ayons une pensée reconnaissante pour tous ces animaux anonymes qui servent de cobayes, contre leur volonté, afin que nous puissions vivre dans un monde meilleur et en meilleure santé. Alors, pour leur rendre hommage, n'hésitez pas à vous plonger dans cette nouvelle.

lundi 15 mai 2017

DES ETOILES DANS LA PEAU - Morgan of Glencoe

Etoiles livre Morgan of Glencoe
« Je sais bien que quand les gens nous comparent, ils se demandent toujours à quel moment j'ai merdé. »
À presque trente ans, sortir d'une relation longue durée en perdant son boulot en prime, ce n'est pas la situation la plus enviable du monde, et Em en sait quelque chose. Pourtant, il naît parfois du désespoir – et de la nécessité d'expliquer aux enfants des choses d'adultes – des élans surprenants.
Alors, quitte à être né sous une quelconque étoile... autant l'avoir dans la peau.



jeudi 11 mai 2017

LE TOUR DU MONDE DU ROI ZIBELINE - RUFIN, Jean Christophe

Zibeline, tour du monde, Rufin, Madagascar
Télécharger
«– Mes amis, s'écria Benjamin Franklin, permettez-moi de dire que, pour le moment, votre affaire est strictement incompréhensible.
– Nous ne demandons qu'à vous l'expliquer, dit Auguste. Et d'ailleurs nous avons traversé l'Atlantique pour cela.
– Eh bien, allez-y.
– C'est que c'est une longue histoire.
– Une très longue histoire, renchérit Aphanasie, sa jeune épouse que Franklin ne quittait plus des yeux.
– Elle traverse de nombreux pays, elle met en scène des drames et des passions violentes, elle se déroule chez des peuples lointains dont les cultures et les langues sont différentes de tout ce que l 'on connaît en Europe...
– Qu'à cela ne tienne! Au contraire, vous mettez mon intérêt à son comble...»

Comment un jeune noble né en Europe centrale, contemporain de Voltaire et de Casanova, va se retrouver en Sibérie puis en Chine, pour devenir finalement roi de Madagascar...
Un roman vif, fougueux, enthousiasmant par l'auteur de L'Abyssin, de Rouge Brésil (prix Goncourt 2001) et du Grand Cœoeur.
Jean Christophe RUFIN, je suis fan et bondis sans hésitation sur ses nouveaux ouvrages. Jamais déçue, toujours dépaysée... un vrai régal. Une fois de plus tout est conforme : dépaysement garanti avec ce roi de Madagascar qui accepte d'endosser ce rôle afin de sauver cette île paradisiaque de l'appétit destructeur des européens. Et oui, déjà à cette époque, nous avions tout mais il nous fallait toujours plus.
Auguste Benjowski a réellement existé ; il fut décrié et diffamé par ces pairs. Considéré par les têtes pensantes de l'époque comme un aventurier et escroc. Toujours est il qu'il a eu assez de courage (ou d'inconscience) pour lever une mutinerie, se saisir d'un bateau et de mener ses compagnons à la découverte du monde avec seule aide, les étoiles et de vieux récits de voyageur.


Maurice Auguste Benjowski est né en Hongrie en 1746, élevé dans un château froid et sans vie, par un père qui ressemble à un ogre, il ne doit son envie de découverte qu'à son précepteur, Mr Bachelet, qui lui ouvre les yeux au travers de la philosophie. Suite au renvoi de son prof, Auguste s'engage dans l'armée et fuit cette vie terne et morose. Il participe à la guerre de Sept ans sous la bannière autrichienne, devient un des chefs de la Confédération de bar pour résister à la toute puissante Russie. Fait prisonnier, et ne pouvant rester tranquille, il est déporté en Sibérie. Il tombe immédiatement sous le charme d'Aphanasie, fille du gouverneur et chef du camp de prisonnier. Après une mutinerie rocambolesque, il s'évade à bord d'un trois mâts en emmenant Aphanasie, sa femme. Il découvre l'Alaska, le Japon, la Chine, la France. Devant cet aventurier tout feu tout flamme, le gouvernement français décide de l'envoyer gouverner l'ile de France afin qu'il puisse se rendre maître et installer des comptoirs commerciaux sur une île qui regorge "d'esclaves". Et là, véritable coup de foudre entre Auguste et cette île de Madagascar qu'il voudra, au contraire, préserver de la folie humaine.
Véritable hymne à l'amour, à la nature, au respect de l'autre et surtout à la liberté, ce livre est tour à tour, un roman d'aventure, un roman historique, un roman philosophique... Un pur moment de bonheur et de découverte. Et, ce qui ne gâche pas le plaisir, une écriture et une prose qui remet la langue française à son niveau de plus belle langue du monde.

mardi 2 mai 2017

L'AFFAIRE LEON SADORSKI - SLOCOMBE, Romain

Avril 1942. Au sortir d'un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l'Occupation. Pétainiste et antisémite, l'inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d'un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d'intervenir contre les " terroristes ".
Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, où on le jette en prison. Le but des Allemands est d'en faire leur informateur au sein de la préfecture de police... De retour à Paris, il reçoit l'ordre de retrouver son ancienne maîtresse, Thérèse Gerst, mystérieuse agent double que la Gestapo soupçonne d'appartenir à un réseau antinazi.
Ce livre était présenté comme un polar mais franchement je cherche encore la partie enquête. On se retrouve plus dans un roman historique qui, pour une fois, nous présente la guerre du côté collabo.
Je dois dire que dès les premières lignes j'ai pris en grippe le héros ce qui a rendu ma lecture très, très laborieuse. Léon Sadorski a tout du sale type : il collabore avec les nazis, il vole les juifs pour mieux les dénoncer, il regarde les très jeunes filles en rêvant de les mettre dans son lit, il dénonce et arrête à tour de bras. C'est un faux cul de première, une tête à claque... Et d'apprendre que ce type, connu sous un autre nom, a réellement existé ne m'a pas simplifié la tâche.
Il reste quand même un récit historique qui tient la route et qui nous présente la face cachée de la collaboration. Les persécutions, les arrestations arbitraires, les dénonciations justifiées ou non, la torture physique ou morale, les privations pendant que d'autres ne se privent de rien. On rencontre des grands noms de la gestapo, on évolue dans un monde noir, de crainte, de peur, de coups, d'hurlements, d'enfermement, de cliquetis de clefs.  Mais on se rend compte que les collabos n'étaient pas à l'abri de la colère des allemands et que, eux mêmes, faisaient des "stages découvertes" de cellules et méthodes allemandes. Voilà pourquoi certains étaient très motivés car ils ne gardaient pas un agréable souvenir des cellules de Berlin.
Mais bon, rien ne justifie ni n'excuse leurs actes. C'est un roman difficile à lire et que j'ai bien été contente de refermer et de classer dans un carton.

INTRIGUE AU MANOIR DES BOISSAC - FUZELLIER, Philippe

Noam Malher, orphelin, a trouvé un point de chute familial en se mariant avec Isabelle Boissac. Le père d'Isabelle, Marc Henry Boissac, écrivain notoire, meurt dans son manoir, victime d'une crise cardiaque, laissant une fortune très importante. C'est Noam, ce brave garçon, qui va révéler l'existence d'une menace terrifiante qui pèse sur chaque membre de cette famille. Non, le manoir n'est pas hanté, mais ses occupants le sont par une incroyable histoire très intrigante, au cœur de laquelle, au manoir des Boissac, tout le monde va subir une oppression. Mais pourquoi cette menace, et qui sévit sur tout une famille ?