vendredi 27 mai 2016

LE MYSTERE HENRI PICK - FOENKINOS, David

Téléchargé
En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l'écrivain et apprend qu'il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n'a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète ? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n'était qu'une machination?
Récit d'une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu'un roman peut bouleverser l'existence de ses lecteurs.

Ce qui est bien avec ce récit c'est qu'on ne fait pas la différence entre le réel et l'imaginaire. Après la lecture de ce livre, je me suis surprise à faire des recherches sur internet à propos de cette fameuse bibliothèque qui se trouverait au Canada.  J'ai adoré l'idée de cette bibliothèque qui accepte les auteurs non édités. Écrire n'est pas chose facile et demande un gros investissement personnel. Et ce n'est pas parce que les éditeurs refusent le livre qu'il n'a pas le droit à sa chance.
Nous rencontrons Jean Pierre Gourvec, bibliothécaire à Crozon qui a entendu parler d'une bibliothèque au Canada qui regroupe les livres refusés par les maisons d'édition. Du fond de sa Bretagne, il crée au sein de la bibliothèque municipale un rayon spécial livres refusés que personne ne consulte. Mais cela n'est pas grave car Jean Pierre Gourvec donne vie à ces écrits mort nés. Et puis un jour, une sélectionneuse de livres pour une grande maison d'édition découvre ce rayon et au milieu de celui ci, un chef d’œuvre. Les dernières heures d'une histoire d'amour ou le récit de la fin d'un couple mis en parallèle avec l'agonie d'un grand poète russe. Voici que l'on découvre que cette histoire a été écrite par un pizzaiolo qui n'a jamais lu ni écrit quoi que ce soit. S’ensuit un engouement de la presse, de la famille, de gens pour cet anonyme et son livre. Plusieurs destins se croisent et évoluent en même temps que livre devient un best seller. 
Mais à travers cette merveilleuse histoire d'amour, Foenkinos dénonce gentiment et intelligemment le monde de l'édition avec ses codes et ses magouilles. Comment ne pas comprendre que le succès littéraire est aussi une affaire de marketing : un livre sans prétention peut devenir un chef d’œuvre s'il est bien vendu à la presse. 

En conclusion, ce fut une lecture tout à fait rafraichissante, enrichissante et plaisante.

mardi 24 mai 2016

LE DERNIER TIGRE ROUGE - GUEZ, Jérémie

Mars 1946. L’acheminement des troupes françaises vers l’Indochine s’accélère. Tous les navires disponibles sont chargés d'amener les militaires français vers l'Asie du Sud-Est pour reprendre cette zone capturée par les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi les premiers partants: les régiments de la Légion Etrangère. Jamais, depuis la création de ce corps d'exception, la Légion n'a été composée d'un ensemble si hétérogène : anciens nazis, résistants de tous les pays d'Europe et mercenaires du monde entier. On y trouve aussi bien des blancs-becs formés à la hâte à Sidi-Bel-Abbès que des vétérans, des professionnels de la guerre qui ont combattu aux quatre coins du monde…
Encore meurtri par la mort de sa femme enceinte et par son expérience de résistant, Charles Bareuil ne peut pas reconstruire sa vie en France. Il cherche le combat pour oublier sa lâcheté et son manque d'engagement des premières heures. Charles s'engage donc pour la Guerre d'Indochine au sein du 3e Régiment Etranger de la Légion. Mais cette guerre absurde va rapidement devenir une guerre personnelle pour Charles, lorsqu’il décide de mener son enquête sur un mystérieux tireur d’élite servant derrière les lignes ennemies… qu’il soupçonne d’être un ancien camarade passé du côté Viet Mihn.

Ce livre est présenté comme une enquête réalisée par un des héros pour débusquer le tireur qui abat les soldats français. Oubliez cette partie car il n’y a pas d’enquête au sens où on l’entend en général. Ce récit est plus dans l’esprit du film Stalingrad : un face à face entre snipper de chaque camp. Ong Cop du côté vietnamien et Bareuil pour les français. C’est un duel à travers lunette interposée et la naissance d’une amitié très particulière fondée sur le respect mutuel. 
Indochine française

Ce livre nous raconte les huit années de cette terrible guerre : Việt Minh contre légionnaires. L’histoire débute en 1946 à Saïgon pour se terminer par la débâcle française en 1954 et la chute de Diên Biên Phu. A cette époque, l'Indochine est une colonie française qui lutte pour son indépendance. Les légionnaires français sont envoyés en renfort pour reconquérir cette partie du territoire. Mais voilà, un snipper abat systématiquement et méthodiquement tout soldat français se présentant dans sa ligne de mire.  Un jeu du chat et de la souris se met en place entre le meilleur tireur français et ce tireur invisible et tellement mobile. Nous découvrons à travers ce récit les atrocités de cette guerre et la légion étrangère, qui est mise en avant, et qui, aujourd'hui encore, est toujours en première ligne.  Et  pourtant, au milieu de cette noirceur, il existe encore des êtres humains qui privilégient l’amour, l’entraide et la fraternité entre deux peuples. 
C’est magnifique, bien documenté et cela comble une ignorance historique de ma part.
 

lundi 23 mai 2016

AUSTERLITZ 10.5 - BEATRIX Anne Laure, DILLARD François Xavier

En 1910 la Seine avait atteint lors de la grande crue de Paris son niveau maximal : 8.62 mètres sur l'échelle hydrométrique du pont d'Austerlitz. Aujourd'hui, la pluie tombe depuis trois jours dans la capitale. La plupart des arrondissements ont connu un black-out total faisant souffler un vent de panique sans précédent dans la population. Le métro a été fermé. L'ensemble du vaste réseau sous-terrain des transports publics s'étant retrouvé noyé par des hectolitres d'eau sombre et glacée. Lorsque les premiers immeubles se sont effondrés et que la grande vague de boue a déferlé sur la ville, une véritable hystérie collective s'est emparée des parisiens et les pires exactions ont été commises. Au nom de la survie... La peur, puis la violence ont déferlé sur la ville. Paris est dévastée et la plupart des habitants, du moins ceux qui ont la chance d'avoir encore un toit, se terrent chez eux en attendant que cette pluie démentielle cesse enfin... Sous le pont d'Austerlitz l'eau a atteint son record : 10.50. Un an plus tard, on sait que Paris ne sera plus jamais la même. Pour François Mallarmé qui a tout perdu dans cette catastrophe, sa femme et son enfant, la vie n'est qu'un long cauchemar. Il continue tant bien que mal à faire son boulot de flic dans une ville où plus rien n'a de sens. Jusqu'au jour où une affaire de meurtres sordides le ramène à son cauchemar, au coeur même du Louvre, dans ce musée qui pour le monde entier était le symbole de ce qui fut la plus belle ville du monde, et où même la Joconde a disparu...
Nous voici plongé dans un monde apocalyptique où Paris se retrouve submergé pas les eaux. Rien ne résiste à ce déferlement d'eau et de boue. A travers ce thriller d'anticipation très réussi, nous plongeons au plus profond de la noirceure de l'âme humaine. Alors que certains essaient de survivre, de se reconstruire d'autres ne pensent qu'à leur petits plaisirs. Le politique pour récupérer un poste important tout en écrasant son voisin et un psychopathe qui règle ses comptes avec des vedettes à qui l'argent permet tout. Deux mondes qui se croisent, se rencontrent à travers l'inspecteur Mallarmé. Lui à tout perdu : femme, enfant, logement. Ne lui reste que son boulot et l'alcool pour continuer d'avancer. Cette enquête, il la vit comme une renaissance et ne veut surtout pas échouer sous peine de ne pouvoir continuer à vivre.
Trois personnalités sont assassinées dans des conditions atroces. Seul lien entre elles, mis à part la notoriété, un musée ou ce qu'il en reste : Le Louvre. Que se passe t il réellement dans ce lieu ? Que manigance ce gouvernement rétiré de Paris ? Quelle est cette meute humaine qui hante les nuits de Paris ? Beaucoup de questions pour très peu de piste.
Nous sommes une nouvelle fois devant un écrit à quatre mains. Un début de livre que j'ai trouvé assez cafouilleux et ne lésinant pas sur les scènes d'horreur. Trois chapitres, trois époques, nous avons un peu de mal à saisir où nous sommes. Les scènes de survies sont très dures. Mais une fois le décor et les personnages plantés, nous sommes happé par cette intrigue politico-thriller. On ressent le sérieux de la documentation et la volonté de coller au maximum à la réalité fiction. Chaque titre de chapitre correspond à un tableau plus ou moins connu mais qui nous donne tout de suite la teneur du chapitre.
C'est original et captivant.

vendredi 13 mai 2016

ET UN DE PLUS

Une nouvelle fois j'ai participé à l'opération 

 
proposé par le site BABELIO.
Nouveau coup de chance. Je vais bientôt recevoir

La Bataille de Penang

La Première Guerre mondiale en Extrême-Orient

De la guerre civile chinoise à la mutinerie de Singapour, La Bataille de Penang retrace les événements dramatiques du début de la Première Guerre mondiale en Asie, au moment où les forces navales de la Grande-Bretagne, de la France, de la Russie et du Japon expulsent les Allemands de leurs possessions coloniales en Extrême-Orient et dans le Pacifique.
C’est dans ce contexte qu’apparaît le combat d’arrière-garde de l’Emden, le croiseur allemand qui coula une vingtaine de navires marchands avant de rejoindre l’île de Penang, où il profita de la négligence des autorités portuaires pour détruire deux navires alliés, le Jemtchoug et le Mousquet. Les Britanniques mirent cette tragédie sur le compte des Russes et des Français. Deux semaines plus tard, le HMAS Sydney scellait le sort de l’Emden. En parallèle, la montée en puissance de la marine japonaise et la prise de Tsingtao dressent le décor de la guerre sino-japonaise deux décennies plus tard.
La Bataille de Penang offre ainsi un nouvel éclairage sur la débâcle qui a eu lieu parmi les navires de guerre alliés en Asie du Sud-Est et réhabilite la marine française grâce à de nombreux documents inédits, l’auteur ayant mis à jour pour la première fois les archives françaises et russes.

A bientôt pour la critique.

mercredi 11 mai 2016

A LA BIBLIOTHEQUE, J'AI TROUVE

Nous connaissions SE SOIGNER PAR LES PLANTES, et voilà le nouveau best seller de la médecine douce : SE SOIGNER PAR LES LIVRES. Quelque soit votre humeur ou vos maux du moment, ce livre est fait pour vous...



Que vous souffriez d’agoraphobie, de la crise de la quarantaine, d’une jambe cassée, du hoquet ou d’un chagrin d’amour, soyez rassuré ! Vous trouverez dans ce livre le roman qui vous soignera et remplacera avantageusement toute votre armoire à pharmacie.
Grâce à nos Remèdes littéraires, vous pourrez traiter les pathologies suivantes : abandon, alcoolisme, calvitie, chagrin d’amour, mal de dos, hémorroïdes, hypertension, insomnie, jalousie, maternité, obésité, rhume des foins, solitude, vieillissement… Et bien d’autres encore !
Adapté à la sensibilité française par le journaliste littéraire Alexandre Fillon, ce dictionnaire offre une promenade étonnante dans l’histoire de la littérature mondiale.



Je n'ai pas pu résister lorsque j'ai aperçu ce livre sur les étagères de la bibliothèque. D'autant plus qu'il a été écrit avec le partenariat de PAGE, revue littéraire que j'affectionne tout particulièrement.
Alors, en ce moment, je souffre d’insomnie, donc pour y remédier je devrais lire : La Maison du sommeil de Jonathan Coe ou Le Live de l'intranquillité de Fernando Pessoa.
Et bien allons y, je viens de télécharger La Maison du sommeil. 

Je vous tiendrais au courant...


Un article très intéressant du site booknote pour ce livre : Remèdes littéraires. Ca donne vraiment envie de se plonger dedans.
 

MALEFICO - CARRISI, Donato

Téléchargé
Marcus, le héros pénitencier du Tribunal des âmes, se réveille d’un coma à Prague, amnésique. À son chevet, il trouve deux enveloppes : l’une renferme un billet de train pour Rome et la promesse d’y retrouver son passé ; l’autre 20 000 euros et un passeport sous une fausse identité. Laquelle choisir ? Marcus opte pour un retour à Rome, qui le mène directement au Vatican où on lui explique le don qu’il avait de repérer le mal dans le quotidien des gens. Après une remise à niveau intensive, Marcus est prêt à reprendre ses fonctions, pile au moment où une psychose généralisée se déclenche à Rome : de jeunes couples d’amoureux se bécotant dans leur voiture aux abords de Rome sont retrouvés assassinés. Le même modus operandi est employé à chaque fois : l’homme est abattu d’une simple balle dans la nuque, alors que la femme a été longuement torturée avant sa mise à mort.
Marcus se met à errer sur les scènes de crime à la recherche d’indices lorsqu’il retrouve Sandra, l’enquêtrice photo pour la police scientifique. Leurs soupçons se tournent vite vers le médecin légiste en charge de l’affaire, qui semble délibérément masquer des informations clés. Ils vont découvrir que non seulement le médecin est à la tête d’une secte férue d’ésotérisme, mais que par le passé, il dirigeait une clinique pour enfants criminels. À l’époque, un jeune Russe, fils d’ambassadeur, lui avait été confié après avoir été accusé du meurtre de sa sœur jumelle…
Entre personnages troubles et rythme affolant, une construction vertigineuse qui plus que jamais prouve l’extraordinaire talent de Donato Carrisi pour tisser des intrigues ultra-complexe. Les coups de théâtre s’enchaînent et les multiples récits entrelacés finissent toujours pas se recouper de manière sensationnelle.

Cela faisait pas mal de temps que ce livre était dans ma PAL ; journées pluvieuses qu'il faut occuper, rien de tel qu'un bon thriller gothique qui nous plonge dans les arcanes du Vatican et d'une Italie pas toujours souriante. Nous retrouvons notre prêtre pénitencier Marcus et notre policière photographe Sandra. Première mise au point : pas besoin d'avoir lu le premier opus, l'histoire fait assez souvent de retour en arrière pour suivre l'évolution de nos personnages. Dès les premières pages, nous sommes plongés dans la noirceur des âmes humaines et nous partons dans un récit qui en fin de compte regroupe des faits réels conservés dans les archives du Vatican. C'est encore plus glaçant vu sous cet angle. 
Comme toujours, écriture fluide et addictive, suspens parfaitement maîtrisé, documentation des faits et lieux sans faute. Du grand Carrisi, qui confirme ici son don de conteur et qui nous fait regretter de ne pas être en vacances pour pouvoir tourner les pages encore plus vite.
La fin du livre laisse présager une suite ;  pourvu que nous n'ayons pas trop longtemps à attendre. Je m'attache de plus en plus à Marcus, homme sans passé, sorte de curé profiler qui débusque le mal.

lundi 2 mai 2016

LES MARAUDEURS - COOPER, Tom

Petite ville de Louisiane dévastée par l'ouragan Katrina, Jeanette survit tant bien que mal grâce à la pêche à la crevette. Mais cinq ans plus tard, la marée noire provoquée par la rupture d'une plateforme pétrolière vient polluer ses côtes, livrant les habitants au désespoir.
On y croise quelques personnages hauts en couleur ou parfois franchement inquiétants : Gus Lindquist, un pêcheur manchot esquinté par la vie, accro à l'alcool et aux antidouleurs, qui a gardé au coin de sa tête son rêve de gosse : retrouver le trésor du célèbre flibustier Jean Lafitte ; Hanson et Cosgrove, deux losers magnifiques, et Wes Trench, un adolescent en rupture avec son père; les frères Toup, jumeaux psychopathes, qui accessoirement cultivent la meilleure marijuana du coin; ou encore Brady Grimes, mandaté pour inciter les familles sinistrées à renoncer aux poursuites judiciaires en échange d'un chèque...
Mariant avec une virtuosité réjouissante noirceur, cynisme et humour corrosif, Tom Cooper réussit à rendre palpables la torpeur du bayou et le désarroi d'une communauté qui lutte tant bien que mal contre sa propre disparition.

Ceci est un premier roman, et franchement, c'est une pure réussite. J'ai pu découvrir ce livre en avant première grâce au site Babelio et Albin Michel.
Une ville : Jeannette située en Louisiane qui survie grâce à la pêche à la crevette. Pauvre ville sinistrée deux fois : l'ouragan Katrina puis l'explosion d'une plateforme pétrolière avec marée noire. Et comme ci cela ne suffisait pas, voilà que les gens préfèrent les crevettes chinoises que celles du cru. Nous faisons connaissance au travers de ce roman de quelques personnalités hautes en couleurs. Un chapitre ; une personne. Au début, c'est assez déstabilisant parce qu'on ne comprend pas trop : l'auteur nous présente des personnes qui ne semblent ne rien avoir en commun. Et puis, petit à petit le destin de chacun se croise, de façon amicale pour certain et extrêmement violente pour d'autre. Et tout ce petit monde se retrouve dans le bayou au milieu d’alligators, de serpents, de petites bêtes en tout genre et de nappes de pétrole. Des personnages si différents les uns des autres mais tellement humains dans la recherche de leurs rêves. Mon préféré est Gus Lindquist, manchot pêcheur, souffre douleur depuis son enfance et qui ne poursuit qu'un seul but : retrouver le fabuleux trésor de Jean Lafitte qui est venu se cacher sur l'île. Oui, mais laquelle... Il y en a tellement autour de Jeannette. Armé de son détecteur de métaux le voilà qui fouille, toujours au mauvais endroit au mauvais moment. Et voilà, toute l'histoire s'articule autour de ce personnage.
C'est un livre brutal dans la description des comportements des différents protagonistes mais avec une pointe d'humour qui atténue mais n'excuse aucunement la bêtise humaine. Un hommage vibrant mais tout en pudeur à ces pêcheurs, qui bossent comme des bêtes de somme pour quoi... quelques dollars qui ne leur permettent même pas de vivre.
A lire sans retenue juste pour le plaisir.

dimanche 1 mai 2016

STEAMBOAT - JOHNSON, Craig

Plongé dans la lecture du Chant de Noël de Dickens, le shérif Walt Longmire voit surgir à la porte de son bureau une jeune femme élégante, cicatrice au front et mille questions en tête à propos de son passé et de l’ancien shérif, Lucian Connally. Mais impossible pour le vieil homme de se rappeler cette femme jusqu’à ce qu’elle prononce le nom de “Steamboat”. Tous replongent alors dans les souvenirs du Noël 1988 : une tempête de neige apocalyptique, un accident de la route meurtrier, et un seul moyen d’intervenir, un bombardier datant de la Seconde Guerre mondiale appelé “Steamboat” et que Lucian est seul capable de piloter.
Dans la lignée des nouvelles de Noël de Craig Johnson, ce roman nous entraîne dans le passé de Walt Longmire et nous fait revivre son premier Noël épique en temps que shérif. Un exercice de haute voltige qui défie le temps et les souvenirs.

Voici le dernier Longmire, notre shérif adoré du Wyoming. Mais là, pas d'enquête mais une grande aventure humaine avec un grand H. Une formidable aventure qu'on aimerait rencontrer plus souvent dans notre monde fait d'égoïsme, d'indifférence, d'individualime.
C'est un récit court, plus une nouvelle qu'un roman. Nous retrouvons Walt quelques mois après son élection au poste de shérif. Nous le retrouvons, une fois de plus, en pleine tempête de neige. Un terrible accident de voiture : 3 morts, une survivante. Une petite fille de 9 ans entre la vie et la mort, grièvement brûlée sur tout le corps qu'il faut évacuer de toute urgence sur Denver. Toutes les routes sont coupées, le blizzard est tel que plus rien ne peut voler. Plus rien... Sauf un authentique B25 de la seconde guerre mondiale qui a participé au Raid de Doolittle. Un avion, non une ruine mais cela n'est pas grave puisque Walt a le pilote : Lucian Connally. Se met alors en place une formidable chaine humaine pour sauver cette petite fille et défier les éléments météorologiques apocalyptiques.
Magnifique hymne à la vie, à la solidarité, ce livre se lit d'une seule traite. De plus, le rappel historique de ce raid complètement dément pour l'époque rend un vibrant hommage à ce groupe de pilotes encore plus fous que les kamikazes japonnais.
En un mot, magnifique.