mercredi 22 juillet 2015

TU NE M'OUBLIERAS JAMAIS - JAMES, Peter

11 Septembre 2001 : site du World Trade Center. En route pour un rendez-vous d’affaires crucial, un homme assiste, désemparé à l’effondrement des tours jumelles. Pris en plein chaos, acculé par les dettes, il décide de se faire passer pour mort.
Octobre 2007. Un squelette est retrouvé dans un collecteur d’eaux pluviales de Brighton. A mesure que l’identification avance, l’horreur étreint le  commissaire Roy Grace. Un squelette de femme, la trentaine, blonde, portant de faux ongles : la description correspond en tous points à celle de son ex-compagne disparue neuf ans plus tôt…
Au même moment, dans la même commune, une jeune femme traquée monte dans l’ascenseur de son nouveau logement. Le piège se referme. Un bruit métallique déchire le silence, les lumières s’éteignent et la cabine chute de plusieurs étages, avant de se stabiliser dans un équilibre fragile. Un bouton d’appel d’urgence hors service. Pas de réseau. Aucun voisin pour répondre à ses cris de détresse. Et soudain, un texto : Je sais où tu es.
On peut changer de vie, d’identité, on ne disparaît pas pour autant des mémoires. Trois histoires qui n’ont, a priori, aucun lien. A priori seulement…
Autant j'avais apprécié le précédent Peter James que j'ai lu mais là, vraiment, c'est agaçant. Dans ce roman, plusieurs histoires (trois pour commencer) sont racontées en même temps. Les chapitres sont courts et à chaque changement, le lecteur passe à une autre date, un autre fait. Au début, on a du mal à suivre les différents protagonistes de l'histoire. Les récits se mêlent et s'entremêlent pour, enfin, se rejoindre et nous entrainer dans un thriller passionnant mais pas palpitant.

Nous retrouvons le célèbre Roy Grace, enquêteur émérite de la police de Brighton. Un homme aigri par la disparition de sa femme qui se retrouve face à un corps qui a plusieurs points de concordance avec celle ci.
Nous découvrons Ronnie Wilson, un minable qui n'a jamais eu de chance et qui multiplie les arnaques pour gagner de l'argent mais qui pense atteindre le summum lorsque deux avions percuttent volontairement les tours jumelles du World Trade Center en cette date fatidique du 11 septembre 2001.
Puis nous faisons la connaissance d'Abby, jeune femme qui essaie d'échapper à un ex petit ami assez pervers et dangereux. Mais nous apprenons aussi qu'Abby n'est pas la douce colombe qu'elle prêtant être et qu'elle a en sa possession des choses qui valent des millions de dollars mais qui ne lui appartiennent pas.
Les histoires présentées ainsi semblent sans lien les unes par rapport aux autres. Mais c'est sans compter sur le talent de Peter James qui saura montrer la faille, le petit élément qui emmènera Roy dans un étrange puzzle : des décombres des tours de World Trade Center jusqu'en Australie sur les traces d"un homme qui veut se faire oublier.
Comme à son habitude, l'auteur offre une fin des plus mystérieuse, si bien que l'on se sent "obligé" de lire la suite des aventures du commissaire Grace. Mais il serait temps que je les lise dans l'ordre.

lundi 13 juillet 2015

UNE FILLE PARFAITE - KUBICA, Mary

4eme de couverture : Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux ni comment est son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt. » Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle vient de commettre une grave erreur. Et que rien, jamais, ne sera plus comme avant.
Avec une fille parfaite, Mary Kubica mène un récit à trois voix fondé sur une construction incroyablement précise et ingénieuse. Sans jamais le déflorer, l'auteur confère profondeur et intensité au mystère qui entoure le kidnapping de Mia - jusqu'à la révélation finale qui fait voler en éclats les apparences et donne toute sont ampleur à cette histoire bouleversante.

J'ai découvert ce livre car j'ai été sélectionnée par le site
à l’occasion de leur campagne "Masse critique = un livre contre une critique". J'adore participer à cet évènement parce que cela me permet d'élargir mon champ de lecture et de découvrir de nouveaux auteurs ou livres en avant première. Je remercie donc Babelio et les Editions Mosaïc pour ce partage.

En lisant le descriptif du livre, lors de l'inscription, j'étais très emballée par le récit et je m'attendais à un polar psychologique hors norm ; les critiques étaient bonnes donc que du bonheur en perspective.
Que dire de ce livre :  l'ambiance est bien faite, les personnages attachants, l'écriture fluide mais pour moi le suspens n'y est pas. En effet dès le début j'ai compris le fin mot de l'histoire qui m'a été confirmé par une petite phrase répétée par l'un des personnages. C'est dommage car la base était originale et sortait des sentiers battus du polar.

Nous suivons les chemins de Colin, le méchant, Eve, la mère prisonnière de la situation de son mari le juge, Gabe, le policier chargé de l'enquête et Mia, la fille parfaite. C'est à travers trois de ces personnages que nous vivons au jour le jour (ou presque) le kidnapping de Mia, sa séquestration et sa libération. Ce livre est un huit clos psychologique intéressant qui nous permet de connaitre en profondeur nos protagonistes. A ce niveau, le livre est vraiment magnifiquement écrit car il va bien au fond des choses.
Le style est assez déroutant. L'histoire est racontée selon plusieurs points de vue et les chapitres se suivent mais ne font pas forcément référence au même moment. Cela me laisse une impression de cafouillage ; j'avais l'impression qu'à chaque changement de personnage ou de temps, il y avait interruption de l'histoire. Bon après plusieurs chapitre, on si fait mais la lecture reste pénible et peu attrayante.

Ensuite parlons un peu des personnages. Ils ont une vraie présence. Chacun a un profil psychologique bien différent ce qui les rend soit attachant soit détestable. Eve, la femme objet du Juge qui va jusqu'à renier ses enfants pour plaire à son mari. Il lui faudra la disparition de Mia pour se rendre compte qu'elle est avant tout une mère. Un réveil bien tardif mais mieux vaut tard que jamais. Gabe, l'enquêteur qui tient tête au Juge et qui mène son enquête jusqu'au bout. Son attirance pour Eve n'est pas du gout de tout le monde et n'apporte rien au récit. Je trouve que c'est le personnage le moins abouti : peu de description, pas de renvoi à sa vie personnelle. Il est là, il fait son boulot, point final. Mia, la petite fille rebelle qui ne veut pas suivre les traces de papa et qui, du coup, se retrouve rejetée. C'est l'artiste de la famille, l'incomprise. Et enfin, Colin, le pauvre type qui n'a pas de change dans la vie. A 14 ans il doit subvenir au besoin de sa mère atteinte de Parkinson. Il tente de gagner honnêtement sa vie mais les traitements coûtent chers et petit à petit il dévie du mauvais côté de la barrière. Mon préféré, et contre toute attente, reste Colin qui je trouve est le personnage le plus abouti du livre.


Déçu par ce livre, oui car, face aux critiques et à la quatrième de couverture, j'attendais une grosse révélation finale et même si elle est originale ne m'a ni surprise ni ébahie. Une lecture agréable sans plus mais qui ne restera pas dans mes annales.

mercredi 8 juillet 2015

LE SECRET DE LA MANUSFACTURE DE CHAUSSETTES INUSABLES - BARROWS, Annie

Téléchargé

Après, Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, nous retrouvons l'univers d'Annie Barrows à travers un nouveau roman tout aussi truculent.
Roman à trois voix qui nous introduit dans la vie des trois narratrices pleines d'esprit : Layla, Jottie et sa nièce Willa. Ce récit nous plonge dans l'univers cocasse et charmant d'une petite ville de Virginie-Occidentale, Macedonia, pendant l'été  caniculaire de 1938.
Layla Beck, une jeune citadine fortunée, fille d'un puissant sénateur du Delaware, refuse d'épouser le riche parti que son père a choisi pour elle et se retrouve sans toit ni ressource.  Elle se voit contrainte d'accepter un emploi de rédactrice au sein d'une agence gouvernementale et de vivre avec le minima social. Layla n'a jamais travaillé de sa vie et reçoit pour mission de se rendre dans la petite ville de Macedonia, interroger ses habitants et rédiger l'histoire de cette ville qui est sur le point de célébrer son cent-cinquantenaire. Elle prend pension chez les Romeyn, des excentriques désargentés, autrefois propriétaires d'une grande fabrique de chaussettes et autres articles de bonneterie – Les Inusables Américaines – qui a été ravagée par un incendie plusieurs années auparavant.
Ce drame, qui reste gravé dans la mémoire de tous, a coûté la vie au grand amour de Jottie Romeyn, qui, se sentant responsable de cette disparition, n'a jamais refait sa vie. Cet évènement suscite encore bien des interrogations. Ce même été, Willa Romeyn, nièce de Jottie, âgée de douze ans et grande admiratrice de Sherlock Holmes, décide de tourner le dos à l'enfance et d'utiliser ses dons de déduction pour percer les mystères qui semblent entourer sa famille et notamment son père, le charismatique  Felix. Layla et Willa, à force de questions, de soupçons et de révélations vont bouleverser le cours des choses, changer profondément et à jamais l'existence de tous les membres de leur petite communauté. Certaines vérités, qui n'étaient pas bonnes à dire, se retrouvent au grand jour et les blessures mal cicatrisées rouvertes.
Avec la même maîtrise et la même malice que dans son précédent roman, Annie Barrows a le don de nous faire partager le quotidien de ces personnages uniques auxquels elle donne chair et dont nous n'avons aucun mal à  donner vie. Je dirais que ce livre est de la même trempe que "La couleur des sentiments" de Kathryn Stockett.
On ne peut que tomber sous le charme de cette aventure familiale romantique, délicate, désopilante mais tellement humaine. Une magnifique lecture pour nous accompagner cet été.


mardi 7 juillet 2015

LA MORT LEUR VA SI BIEN - JAMES, Peter


"Cher Monsieur Bryce, Hier soir, vous avez accédé à un site que vous n'étiez pas autorisé à visiter. Vous avez de nouveau essayé d'y accéder ce soir. Nous n'apprécions pas les visiteurs non sollicités. Si vous parlez à la police de ce que vous avez vu ou si vous essayez encore d'accéder à ce site, ce qui va arriver à votre ordinateur arrivera à votre femme, Kellie, à votre fils, Max, et à votre fille, Jessica. Regardez et réfléchissez bien. Vos amis de Scarab Productions". S'il avait eu le moindre soupçon de l'effet dévastateur qu'un CD, trouvé sur la banquette d'un train de banlieue, allait avoir sur sa vie, Tom Bryce l'aurait sans doute laissé là où il était.

Scarab Pro­duc­tions est une entre­prise pas comme les autres. C'est une start up qui a la caractéristique d'avoir un site Inter­net invi­sible sur la toile parce que Sca­rab Pro­duc­tions est spé­cia­li­sée dans les snuf moo­vies (définition). Aussi, lorsque Tom Bryce, un chef d’entreprise qui croule sous les dettes, récu­père un CD-Rom oublié dans le train par un per­son­nage aussi éner­vant que repous­sant, il ne se doute pas de l’importance de sa trou­vaille. Il assiste impuis­sant au meurtre particulièrement sanglant d'une jeune femme. L’histoire aurait pu s'arrêter là mais voilà  qu'il tente de se con­nec­ter à nouveau à ce satané site et que son disque dur se retrouve pure­ment et sim­ple­ment effacé. Non sans un mes­sage d’avertissement lui enjoi­gnant de ne pas par­ler de ce qu’il a vu s’il ne veut pas que sa femme et ses enfants subissent le même sort.



Police de Brighton : Roy Grace et son équipe sont en état d’alerte. La dis­pa­ri­tion d’une ravis­sante et brillante jeune femme aux mœurs sexuelles plu­tôt maso que sado les mobi­lise. D’autant que sa mort a été très vio­lente et très sanglante. Et puis, l’horreur se poursuit tout au long du livre. 
Dès les premières pages, nous sommes happé par le livre. Le style très efficace de Peter James y est pour beaucoup, de même que les personnages qui sont à la fois convaincants, attachants et repoussants. Le point de vue de chaque protagoniste évolue de chapitre en chapitre, l'intrigue progresse rapidement, les pages  se tournent de plus en plus vite. Une petite pointe d'humour "So British" ajoute un peu de légèreté à cette lecture assez noire. A savoir que "La mort leur va si bien" est le deuxième tome des aventures du commissaire Roy Grace.