dimanche 23 novembre 2014

SIX ANS DÉJA - COBEN, Harlan

Pour moi, ce thriller là n'est pas le meilleur de Coben. Trop de déjà vu, intrigue dont on devine la fin dès le milieu du livre.

Six ans ont passé depuis que Jake a vu Natalie, la femme de sa vie, en épouser un autre. Six ans à lutter contre lui-même pour tenir sa promesse de ne pas chercher à la revoir. Et puis un jour, une nécro : Natalie est veuve. Et soudain, l’espoir renaît. Mais aux funérailles, c’est une parfaite inconnue qui apparaît.
Où est Natalie ? Pourquoi s’est-elle évaporée six ans plus tôt ? Jusqu’où lui a-t-elle menti ?
Déterminé à retrouver celle qui lui a brisé le cœur, Jake va découvrir que la vérité n'est pas toujours bonne à savoir.
J'ai connu des romans de Coben plus rythmés ou l'on ne s’ennuie pas. Je n'irais pas jusqu'à dire que je me suis vraiment ennuyée mais je me suis surprise plus d'une fois à jeter une regard sur ma pile en attente.  Les personnages sont attachants même si le héros apparait un peu mièvre par moment. L'idée développée par l'auteur est intéressante, même si elle semble farfelue. Nous connaissons la protection rapprochée des témoins, alors pourquoi pas. 
Même le final n'est pas sensationnel : dénouement expéditif, solution facile, petites incohérences ; bref du vite fait bien fait. J'espère que son dernier roman, "A toute épreuve", que je viens de télécharger sera à la hauteur de la réputation de son auteur.


jeudi 20 novembre 2014

REPONSE



A toutes les personnes qui, cachées derrière leur écran, se permettent de m'écrire pour m'insulter.

Heureusement que le ridicule ne tue pas car là, c'est apothéose. J'ai effacer vos messages mais sachez que j'assume mes actes et qu'il n'est pas nécessaire de me traiter comme la pire des criminelles parce que j'ai osé copier/coller des articles sans signaler l'auteur(e). L'erreur est humaine, Madame ; je n'avais aucunement l'intention de blessée qui que ce soit, ni de me faire passer pour ce que je ne suis pas. Je ne sais pas si votre amie gagne sa vie avec ses écrits mais moi non. Je n'ai donc aucun bénéfice à récolter de mon blog. 
Un manque de temps, une fainéantise de prendre la plume, un joli texte bien écrit... Ceci est ma justification.
Je ne pense pas que cela justifie un tel déferlement de violence en mon encontre et de menaces. Il est facile, cachée derrière un écran, d'écrire des choses violentes et déplaisantes; comme il est dit "les écrits restent les paroles s'envolent". Accusez moi de plagiat car je ne sais pas qui est l'auteur de cette phrase. Osez me dire, Madame, que jamais de votre vie vous n'avez photocopié, relevé ou copié/collé quelque chose qui vous plaisait. J'aurais vraiment du mal à vous croire.
Il est possible de dire les choses cordialement sans agresser les personnes de cette façon, d'autant plus que cette affaire ne vous concerne pas puis qu'il s'agit d'une "amie" à vous que j'ai copiée. 
Si cette personne se sent attaquée ou blessée par mon acte qu'elle m'écrive personnellement afin que nous puissions nous expliquer entre personnes responsables que nous sommes.
Pour les autres qui seraient tentés de m'écrire pour m'insulter et me menacer, sachez que je ne répondrais plus et mais tout sera conservé pour le cas ou. Moi aussi je peux porter plainte. Je continuerais, que cela vous plaise ou non, à tenir mon blog.

mercredi 12 novembre 2014

LE TRIBUNAL DES AMES - CARRISI, Donato

Revoilà l'auteur du Chuchoteur...
Carrisi, juriste criminologue, nous livre ici son deuxième opus. 
Rome, sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables.
Marcus est un homme sans passé. Sa spécialité : analyser les scènes de crime pour déceler le mal partout où il se terre. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée.
Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d’un immeuble désaffecté. Elle n’a jamais cru à un accident.
Leurs routes se croisent dans une église, devant un tableau du Caravage. Elles les mèneront à choisir entre la vengeance et le pardon, dans une ville qui bruisse encore de mille ans de crimes chuchotés au cœur du Vatican. À la frontière de la lumière et des ténèbres.
- See more at: http://www.donato-carrisi.fr/ses-livres/le-tribunal-des-ames/#sthash.WTN7vgvH.dpuf
Rome, sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables.
Marcus est un homme sans passé. Sa spécialité : analyser les scènes de crime pour déceler le mal partout où il se terre. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée.
Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d’un immeuble désaffecté. Elle n’a jamais cru à un accident.
Leurs routes se croisent dans une église, devant un tableau du Caravage. Elles les mèneront à choisir entre la vengeance et le pardon, dans une ville qui bruisse encore de mille ans de crimes chuchotés au cœur du Vatican. À la frontière de la lumière et des ténèbres.
- See more at: http://www.donato-carrisi.fr/ses-livres/le-tribunal-des-ames/#sthash.WTN7vgvH.dpuf
Rome, sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables.
Marcus est un homme sans passé. Sa spécialité : analyser les scènes de crime pour déceler le mal partout où il se terre. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée.
Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d’un immeuble désaffecté. Elle n’a jamais cru à un accident.
Leurs routes se croisent dans une église, devant un tableau du Caravage. Elles les mèneront à choisir entre la vengeance et le pardon, dans une ville qui bruisse encore de mille ans de crimes chuchotés au cœur du Vatican. À la frontière de la lumière et des ténèbres.
- See more at: http://www.donato-carrisi.fr/ses-livres/le-tribunal-des-ames/#sthash.WTN7vgvH.dpuf
La base de l'histoire est ce qu'il y a de plus simple dans ce livre : le Vatican, via Le tribunal des âmes, envoie des prêtres élucider, dans l'ombre de la police, des crimes non résolus.
Le Tribunal des âmes, c'est une instance qui existe vraiment et qui siège au sein du Vatican depuis le XIIIe siècle (La pénitencerie). Le but de cette organisation est d'archiver toutes les confessions qu'elle reçoit.
Nous naviguons entre deux personnages que rien ne semblent relier. Marcus : prêtre sans passé, touchant, dévoué.  Sandra : flic cassée, sensible, attachante qui se remet difficilement de la mort de son mari, un grand reporter photos. Au fil des pages, chacun se dévoile, les fils se tissent comme une toile d'araignée. Nous progressons au travers d'énigmes qui nous mènent petit à petit mais immanquablement vers la solution qui fait froid dans le dos


Le roman se passe à Rome. Marcus est un prêtre très spécial. Il examine les scènes de crime, y recherche les traces du Mal. C'est un "Pénitencier". Autre particularité, il est partiellement amnésique depuis l'assassinat de son "partenaire". En suivant notre Pénitencier, nous nous retrouvons à la poursuite d'un serial killer qui enlève ses victimes avant de les assassiner. Dans cette quête, nous croisons Sandra, qui fait partie d'une police bien réelle et bien contemporaine. Elle est photographe et travaille pour la brigade scientifique. Deux mois auparavant, elle a perdu son mari, reporter journaliste dans un étrange accident. Son enquête et sa rencontre avec Marcus l'amène à douter du caractère accidentel de la mort de son mari.
 
Ça, c'est l'histoire principale puisque Carrisi vient greffer d'autres enquêtes notamment la recherche de mémoire de Marcus. Il n'est pas toujours bon de retrouver la mémoire... pour le meilleur et pour le pire.
Plusieurs enquêtes au cœur d’une même enquête, c'est original et rondement mené. Plus nous approchons de la solution, plus nous nous en éloignons. C'est rageant mais tellement prenant. Jamais nous ne perdons de vue l’objet principal de ce roman : l’implication du Vatican dans ces affaires de meurtre.

Étrange, pénétrant et d'une noirceur torride !!! 
A ne pas manquer. N'ayant pas lu le premier opus, le voilà en tête de liste de mes lectures.


samedi 1 novembre 2014

FLEURS SANGLANTES - McCULLOUGH, Colleen

De l’eau a coulé sous les ponts depuis « Les oiseaux se cachent pour mourir » et les amours contrariées des protagonistes. Je dis de l’eau…ce serait plutôt du sang…. car Madame McCullough a changé de registre….elle « fait » dans le policier.

Troisième aventure mettant en scène le personnage de Carmine Delmonico, après Corps manquants et Douze de trop, ces Fleurs sanglantes, serpentent entre suspense de convenance et personnages caricaturaux au possible.

Pourtant, elle part d’une bonne idée. L’intrigue se passe en 1968 et pas question d’ADN, de recherches sur google et autres facilités dans ce genre pour mener l’enquête sur cet homme, violeur violent, se faisant appeler dodo, comme l’oiseau du même nom…


Le capitaine Carmine Delmonico doit mener ses investigations avec les moyens du bord, ceux de l’époque, pour tenter d’arrêter cet homme. A sa suite, on se retrouve dans la vie d’un commissariat et on observe plusieurs recherches ainsi que les tracas quotidiens des différents membres de son équipe…

Le problème principal en lisant ce livre, c’est qu’il y a trop de faits et d’enquêtes et que tout n’est pas relié. D’abord on se demande pourquoi l’auteur a éprouvé le besoin multiplier les histoires, genre morceaux de puzzle, plutôt que de traiter complètement une seule intrigue. D’autant plus que ces récits marginaux n’apportent pas grand-chose à l’enquête principale.Donc le lecteur décroche, se raccroche, s’éloigne, revient….. Du coup, on ne se passionne pas, on n’a pas le temps de prendre fait et cause pour un personnage car très vite d’autres arrivent. Pas très bon signe pour un roman policier !!!!! Cela aurait pu être intéressant peut-être, si le fil conducteur avait été la vie de l’équipe doublée d’une analyse approfondie du malfrat recherché, mais on ne le « sent » pas, rien ne prend le dessus.

Bref, j’ai lu parce que j’aime bien savoir et aller au bout des pages lorsque je commence un livre mais je suis restée sur ma faim…

Les personnages principaux :

Helen, belle et exaspérante quelle que soit sa tenue et finalement assez attachante sans doute parce qu’elle a du caractère, du « piquant » et qu’elle n’est pas fade.

Carmine, et son épouse Desdemona, humain, attendrissant, comme un homme qui de temps à autre montre ses faiblesses…

Le Dodo, pas assez « cerné » à mon goût, cela reste trop superficiel et de nombreuses questions de la curieuse que je suis, resteront sans réponse.


Un polar assez reposant qui se laisse lire quand on n’a pas besoin d’une grosse dose d’adrénaline. Si vous cherchez un thriller palpitant, vous êtes priés de passer votre chemin.

J'avoue n'avoir pas lu les deux opus précédents, cet essai non transformé ne m'incite pas à les découvrir. Mais qui sait... seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.


ARTICLE COPIE SUR LE SITE "UN POLAR COLLECTIF" - http://unpolar.hautetfort.com/archive/2012/10/12/fleurs-sanglantes-de-colleen-mccullough.html
Merci à Cassiopé